750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

3006 Dumbarton 31Y

 

3006, nous en parlions en février 2018 sur le blog.

Cette maison indépendante lancée par le jeune Jop Boer, qui aura seulement 26 ans le 30 juin prochain, commence à trouver ses défenseurs en dehors de son pays d'attache, la Hollande.

 

Comme cela devient une habitude, l'embouteilleur surprend tout le monde en faisant le choix, que je trouve personnellement très intelligent, de proposer de vieux single grain, qui plus est de distilleries éteintes, comme c'était déjà le cas avec le Caledonian 1987 testé précédemment.

 

Je crois que pour l'instant en francophonie, nous sommes les seuls sur le coup, mais cela pourrait changer.

Nous avons eu la bonne surprise de recevoir quelques échantillons de la toute nouvelle gamme, mais en gourmand j'ai voulu débuter par celui dont l'histoire m'a d'emblée intéressé.

 

Mais avant cela, petit flash back en février dernier, avec l'interview de Jop Boer juste ci-dessous.

Dumbarton était une distillerie de grain, créée en 1938 dans les Lowlands, à proximité de la rivière Clyde, un peu comme Clutha le projet de Douglas Laing dont nous parlions dernièrement.

 

Le fondateur canadien Hiram Walker, clôturera une décennie de grands investissements dans le whisky écossais, puisqu'il aura acquis Glenburgie en 1930, ainsi que Miltonduff et l'assemblage Ballantine en 1936.

 

Sa volonté de produire son propre whisky de grain, sera à l'origine de la distillerie, qui par ailleurs fut en son temps la plus moderne et productive du territoire.

La particularité de Dumbarton tiendra en partie à l'utilisation d'alambics américains, destinés uniquement à traiter du maïs.

 

Le groupe Walker, fera malheureusement faillite en 1985 suite à de mauvais investissements dans d'autres secteurs d'activités.

Une reprise des actifs tardera puisque ce n'est qu'en 1988 que Allied Lyons se portera acquéreur. 

 

En  2002 elle cessera de produire et même si Pernod Ricard en 2005 fera l'acquisition du groupe, les investissements ne vinrent pas, jugés trop importants à priori, d'autant que le groupe exploite déjà Strathclyde dans le même but.

 

Détruite, le site accueil désormais des logements privés.

 

 

  • Dumbarton 31Y '3006 Independant Bottler' 18-03-1987 / 21-02-2019. Refill Bourbon Cask n°25028. 139 Bottles. 53,4%.

 

Nez : Gras et énergique, il laissera s'échapper des notes marquées de solvant. C'est assez puissant dans un premier temps, avec quelque chose qui tient de l'amidon. Rapidement il va s'équilibrer, le chat est sorti du sac et commence à rentrer les griffes. Typé maïs, avec sa texture huileuse, beurrée. Une association bois et miel. Moka et dirais-t-on des huiles essentielles d'agrumes qui offrent encore du peps, la distillerie est morte, mais pas ce whisky ! Il est tellement huileux qu'en le faisant tournoyer dans le verre il laisse un cercle, du quel il faudra quelques secondes avant que ne s'échappent des gouttelettes, qui s'évanouiront tout aussi lentement. 

 

Bouche : Elle conserve la vigueur du nez, mais est particulièrement clean. C'est intense en arômes également, sur ce miel éclatant, la vanille imposante et ce maïs doux et enveloppant. Avec le bois viendront des poivres, ils offriront de la diversité. Je lui trouve également un visage plus végétal, avec un penchant pour le cassis, ou encore un soupçon de réglisse. Ce sont en fin de bouche des agrumes très joueurs, ainsi qu'une présence chocolatée, qui me donneront à profiter de ce whisky au final vraiment complet.

 

Finale : Conserve pleinement les qualités de la bouche, les saveurs vont continuer à rayonner longtemps. Maïs, vanille, miel, un trio rejoint pas une touche de fraîcheur mentholée que j'espère toujours sur ce genre de whisky. Le maïs va prendre l'aspect du grain bouilli, rendu sous forme de pâte. Caramel mou, moka., chocolat.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article