750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Littlemill 12Y O.B.

Voici une distillerie pour laquelle le terme survivre s'applique à merveille, tout au long de son histoire.

Elle fût fondée probablement en 1772 dans les Lowlands, une région qui n'a pas forcément la meilleure réputation dans le monde du whisky et qui a probablement été la plus touchée par les fermetures.

Elle compte au minimum seize propriétaires successifs depuis sa création et avant d'appartenir définitivement au groupe Loch Lomond, elle n'a à priori jamais cartonné de son vivant.

Ce malgré une très bonne situation géographique et de nombreux investissements.

A mes débuts Littlemill n'était pas franchement une distillerie recherchée, j'ai d'ailleurs hésité des mois à acheter cette bouteille de 12 ans, alors même qu'elle coûtait à l'époque 40 euros.

Aujourd'hui toutes les versions sont recherchées et coûtent beaucoup de sousous.

Sortent régulièrement des versions chez les embouteilleurs, bien souvent âgées de plus de 20 ans.

Certains sont devenus de vrais spécialistes dans le domaine, comme notre ami Bishlouk du blog Wallon sur le single malt.

La distillerie a produit également d'autres versions de son whisky, ce qui est moins connu. Dunglass peu tourbée et Dumbuck très tourbée.

Jusqu'en 1931 elle va utiliser la triple distillation, ce qui était spécifique à cette région.

Elle cesse de produire de 1984 à 1989.

Glen Catrine va racheter, alors qu'il était devenu le propriétaire de Loch Lomond depuis peu et va expédier les alambics de Littlemill dans cette distillerie. Fin de la production plutôt forcée.

D'abord destinée à devenir un musée, elle fût vendue à un promoteur immobilier en 1996.

Elle est partie dans les flammes en 2004.

Passons à la dégustation.

 

  • Littlemill 12Y O.B. 40%

 

Nez : C'est plutôt simple, sur le miel, la vanille. De la pomme, des céréales. Progressivement des fruits vont se mettre en évidence, du genre pêches, prunes jaunes. C'est sucré et très agréable. De l'herbe mouillée, fraîche et un peu mentholée.

 

Bouche : La bouche est à l'avenant. C'est simple mais très buvable. Toujours très vanillée. Plutôt monolithique mais reste en équilibre. Pomme caramélisée, progressivement plus végétale.

 

Finale : Violette, légèrement poivrée. Une faible amertume s'installe et contrebalance avec le sucre caramélisé.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article