750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Debriefing de la dégustation Gordon & McPhail.

En bref voici quelques annotations sur les bouteilles dégustées.

Mais avant, un avis sur la dégustation dans son ensemble.

Celle-ci fût très enrichissante à plus d'un titre. Premièrement, je ne participe pas à cinquante dégustations par an, je n'en ai matériellement pas le temps Claudy! C'est un événement que j'attends chaque fois avec impatience. Ensuite c'est l'occasion de passer l'après midi avec quelques amis, de rencontrer du monde, tantôt d'anciens collègues, tantôt des gens que je ne croise que là et cela a encore été le cas cette fois.

Elle fût riche en découvertes aussi, en effet la sélection proposait un panel pouvant convenir à chacun, selon son niveau d'exigence. Je veux dire par là que nous pouvions déguster des whiskies "de tous les jours", des tourbés, du fût de sherry ainsi que des produits s’adressant à un public plus spécialisé.

Pour nous faire baver un peu, Monsieur Vermeire avait également exposé quelques Glen Grant, Tamnavulin... des années '60 et '70, dommage nous n'avons pas pu y goûter. A 2000 euros les 70cl, c'est un peu normal.

J'ai eu la possibilité de goûter une bonne partie de ce qui était proposé. Rassurez-vous en très petite quantité et j'avais une Bobette, merci à elle. Bien entendu je vais essayer de commenter tout ça, compte tenu du contexte, les dégustations entrecoupées de discussions en tous genres ainsi que l’accumulation des profils aromatiques qui finissent par engorger les papilles. Les notes seront donc très courtes et "grossières" nondidjos!

Je vais les classer par ordre croissant des plus ordinaires, à ceux qui étaient au sommet de ma pyramide. Ne m'en veuillez donc pas si votre avis est différent du miens.

 

  • Dalmore 2001: Nez très vanillé, pêche. Bouche jeune, beaucoup d'amandes, de la céréale. Finale très épicée, toujours des amandes. Je ne dirais pas qu'il est meilleur q'un officiel, il est très différent et surtout moins coûteux. Bon daily dram.

 

  • Mannochmore 1994: Beaucoup plus fruité que le premier, mielleux, l'alcool est légèrement perceptible, mais fait preuve de plus de maturité. L'influence du sherry est légère. Plus gras, du poivre en finale. Une distillerie peu connue au profil original.

 

  • Glenlossie 1997: Raisins très mûrs, sucré, pâtissier. En bouche il est tout d'abord très fruité et crémeux, avant de basculer d'un coup dans les épices. C'est surprenant mais je trouve ça original.

 

  • Caol Ila 2003: Pas une énorme surprise du point de vue des arômes et du goût, plutôt dans la manière dont ils arrivent au nez et en bouche. Il est très souple et doux. Bien entendu il est légèrement tourbé et est idéal pour aborder cet univers. Tourbe sèche sur fond d'huile, un peu sucré et oh de la banane. Un peu court.

 

  • Ledaig 1999: La très bonne sensation tourbée du jour. Beaucoup plus de tourbe que dans le précédent, plus végétale. Fruité. Beaucoup de fraîcheur citronnée et en même temps sucré et gras. De la banane. Finale très longue.

 

  • Glenturret 2001: Dans la gamme, celui qui est le plus marqué par le sherry. Des fruits rouges, frais. Chocolat praliné très présent. En bouche il est plus boisé, plus vineux, assez bien même, mais moi ça me va comme ça. Il n'y a pas de hasard, j'aime bien le Famous Grouse, surtout le Naked Grouse et ce single malt entre dans la composition à priori. Ce verre a été accompagné de l'explication de Monsieur Vermeire sur le Famous Grouse Experience visitor centre. Il faut savoir aussi qu'il s'agit de la plus ancienne distillerie d'Ecosse en activité. Hop une bouteille pour la casa!

 

  • Old Pulteney 17Y: Mon dieu que c'est bon. Au nez il y a de l'iode, de la pâte à modeler. Légère influence du sherry dans ce qu'il a de fruité. Il y a ensuite beaucoup d'épices, il est crémeux. Pâtissier et vanillé. La finale est bien salée. Oufti ça, va falloir penser à mettre dans l'agenda.

 

  • Highland Park 2006 Cask Strength: Très marqué par le fût de bourbon, normal c'est un premier remplissage. L'alcool est bien intégré, bien entendu après avoir dégusté autre chose avant. Si vous le testez seul, je recommande de d'abord prendre un petit cl. d'un whisky moins fort, sinon ça fait mal. Bref, il y a une légère fumée. Du bois frais et sucré. La bouche est fort épicée, avec une touche de cannelle. Finale sur le tabac et les fruits secs.

 

  • Ici je laisse un vide pour l'Imperial. je crois qu'il pourrait se situer à cet endroit, mais je dois le goûter à nouveau et seul. En réalité j'ai déjà pu goûter d'autres Imperial et celui ci m'a un peu désarçonné.

 

  • Old Pulteney 1997/2015 cask 1076: Le whisky qui te laisse sur les fesses. Au nez nous sommes tombés directement dans le filet de pêche. Il est ultra maritime. Ensuite il offre de la liqueur de banane. En bouche il est gras, enveloppant, puissant. Le sel semble refermer les papilles. Du bourbon. C'est top. Après l'avoir goûté du chocolat tombe dans le nez.

 

Bon patron j'y vais, j'ai plus soif...

Chez moi je ferai une dégustation du Blair Athol 2006 qui a fait l'unanimité et que nous avons acheté à plusieurs pour prolonger un peu le plaisir.

Encore merci à la Maison Demiautte, une dégustation de 20 whiskies gratuite, chapeau.

Debriefing de la dégustation Gordon & McPhail.
Debriefing de la dégustation Gordon & McPhail.
Debriefing de la dégustation Gordon & McPhail.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article