750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Carsebridge 1964 by Dramfool

Et voilà, étant donné que la température ambiante vient de passer en quelques heures de 35 à 15°c, le whisky devient à nouveau un bon compagnon.

 

  • Carsebridge 52Y Dramfool '5th Release' 1964 / 2017. 40,8%. 50 Bottles.

 

Nez : Très grosse minéralité, sirop d'érable. Il va mettre le temps à s'ouvrir, 52 ans de fût cela se respecte. Caramel. Très frais sur un mélange de beurre et de miel. Fruits secs, pomme. Progressivement il atteint un peu plus de complexité, orange confite, citron. Comme bien souvent le grain développe des odeurs de colle, de solvant, de pain.

 

Bouche : Douce sur du caramel légèrement âcre, du miel. Quelques épices s'expriment, tout se déroule avec beaucoup de maîtrise, de sagesse. La balance entre texture grasse et sèche est sans cesse remise en cause. Les agrumes du nez se déclarent à nouveau. Il a un petit côté fruits exotiques, comme la mangue, ce qui correspond à cette même minéralité. Le single grain n'est pas ma grande spécialité, ni mon pêché mignon, mais celui-ci passe très bien, il développe une belle complexité. 50 bouteilles parties très rapidement à un prix tout à fait raisonnable pour un whisky de cet âge, possiblement impayable s'il eut été un single malt.

 

Finale : Malgré sa puissance résiduelle logiquement faible, due à son âge avancé, il y a une persistance boisée, toujours ce caramel âcre. Un caractère laiteux, végétal, citronné. Le verre vide laisse la place à des saveurs de pâte de coco et de chocolat. Un whisky qui ne se démonte à aucun moment et ne souffre pas trop de son taux d'alcool.

 

Il se dit que le prochain embouteillage arriverait dans le courant du mois d'août et ferait à nouveau de l'oeil à l'île de Islay, avec une maturation dans un fût un peu plus exotique.

Probablement un jeune Port Charlotte en fût de Rhum.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article