750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Laphroaig 17 ans indépendant jusqu'au bout des ongles.

Il est vrai que les jeunes whiskies tourbés expriment d'autant plus leur caractère, la puissance de la tourbe, qui s'estompe au fil des années.

Chez Laphroaig, le 10 ans est très bon, très couru, un peu comme chez Ardbeg. J'aime particulièrement le Quarter Cask.

 

Ian Macleod:

Cet embouteilleur indépendant surtout connu au travers de son assemblage de single malt, comme le Six Isles.

De son single malt sans identification, comme As We Get it, dont vous pouvez trouver une note de dégustation ICI.

Il est également propriétaire de Glengoyne et de l'excellent ( C'est moi qui le dit), Tamdhu, dont vous pouvez trouver des notes ICI et ICI.

Ce sont aussi des séries, comme Chieftain's, dont j'ai eu le plaisir de déguster un BRORA dernièrement et pour ce qui se trouve dans mon verre ce jour, la série Dun Bheagan.

Le panel est large, mais il s'agit d'une maison qui existe depuis 1933.

La compagnie appartient depuis à la famille Rusell, elle était à la base une société d'achat et de vente de whisky.

Il faudra attendre une trentaine d'années avant qu'elle ne commence à acquérir d'autres marques, comme Isle of Skye, King Robert.

Elle va également acheter des marques de Gin, de Rhum, de Vodka etc...

Il faut croire que la méthode familiale fonctionne puisqu'en 2003, Glengoyne passe dans le portefeuille de la société. Ensuite viendront le célèbre Smokehead et enfin Tamdhu plus récemment, en 2011.

Tamdhu est encore insuffisamment mise en valeur selon moi. Encore très utilisée pour des assemblages et lorsqu'on goûte ça sous forme de single malt, il est facile de comprendre qu'il y ai de la demande.

Mais la force de l'entreprise, réside dans le fait qu'elle propose de nombreux fûts, qu'elle a la possibilité de les assembler pour elle, ou à la demande et qu'elle maîtrise tout le processus, jusqu'à l'embouteillage via sa propre chaîne.

Bref l'indépendance est gravée dans l'ADN de la maison et si la gestion de la société continue de rimer avec une croissance progressive, mais pas trop gourmande, il faudra compter avec elle encore au moins pour le siècle qui vient.

Selon les chiffres connus, ce sont 15 millions de bouteilles de spiritueux qui sortent de chez eux chaque année.

Bon, ce Laphraoig...

 

  • Laphroaig 17Y Ian Macleod "Dun Bheagan serie", 1994/2012, Casks Hogsheads 5035/5037, 49,2%. 954 Bottles.

Nez : La tourbe est délicate, un feu de broussaille, de talus séché par l'été. Il y a cette touche médicinale bien connue des Laphroaig. Du citron en sirop. Des céréales sucrées. Il n'a pas la lourdeur des jeunes tourbés, il est frais et plutôt maritime.

 

Bouche: Gras, huileux. La tourbe reste puissante, mais elle passe comme une lettre à la poste. L'alcool est parfaitement intégré. Citron légèrement meringué. J'ai goûté le 15Y officiel et je préfère celui-ci, il est plus complet. Quelques herbes aromatiques.

 

Finale : Longue. La tourbe va s'effacer lentement. Il y a un résidu salé comme on trouve dans les algues. Des épices se déclarent également.

 

Résultat, un top whisky tourbé. Malheureusement paru il y a déjà 4 ans. Puisse t-il encore croiser ma route.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article