750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Linkwood 11Y Cask A by 3006

Oloroso Octave Finish

 

  • Linkwood 11Y '3006 Independent Bottler' 29-06-2007 / 2019. Oloroso Octave Finish - Cask n°4419A. 72 Bottles. 54,6%.

 

Nez : Gras à souhait et pourtant plutôt clean. Sensation de vigueur, sans domination de l'alcool. Dans les premières secondes je me dis, ok encore une bonne sélection de Jop Boer. Fruité, sirupeux, il fera néanmoins la part belle aux céréales, ne cachant rien de sa jeunesse relative. Du miel abondant et un côté salin qui me perturbe dans le bon sens, puisqu'il ne lui manque qu'une bonne dose de tourbe pour m'emmener complètement ailleurs. Vanille légèrement citronnée, les caractéristiques d'un bon Linkwood en somme et si l'on ajoute à cela une belle densité aromatique, ça l'est encore plus.

 

Bouche : Bel impact, tout dans cette puissance retenue, je retrouve encore cette présence encore plus forte de sel, c'est surprenant. Ensuite vient du miel puissant, comme un nappage. De l'orange très légèrement amère, quelques fruits confits, aux accents exotiques et bon sang une curieuse impression de fumée. De la pâte d'amandes sans cette sensation de sucrosité. Citron vert, pff ce Linkwood n'a que onze ans et il me bluff comparativement à ce que j'ai déjà eu l'occasion de goûter en provenance de cette distillerie.

 

Finale : Longue sur cette présence de massepain, de miel, de vanille. L'aspect reste compact et sirupeux. Bah que dire de plus si ce n'est que la première impression se confirme tout au long de la dégustation, un top whisky, qui cache sous sa finition des secrets selon moi, mais c'est la magie du whisky. Sensation de fumée, de camphre... allez savoir !?

Extrait de l'article du 28 Septembre 2016.

 

Linkwood a été fondée en 1821 par Peter Brown et produira du whisky à compter de 1824.

Lorsque Peter Brown lâchera la rampe en 1868, c'est son fils William qui en héritera.

Celui-ci va faire détruire la Linkwood originelle et la faire entièrement reconstruire en 1874.

 

La distillerie sera contrôlée ensuite par le groupe Linkwood-Glenlivet Distillery Co. de 1897 à 1932.

Ensuite c'est DCL, Diageo qui écrira l'histoire moderne de l'entreprise.

D'abord en 1972 une seconde distillerie munie de quatre alambics sera construite en face, elles fonctionneront de concert jusqu'en 1985.

Durant la dizaine suivante, l'ancien site sera utilisé comme distillerie de "recherches".

Mais en 2012 elle sera tout de même détruite, ce qui fait que la famille Brown est effacée à jamais de l'histoire du whisky Linkwood.

 

Bien que principalement utilisé dans les nombreux assemblages, Linkwood apparaît dans la gamme Flora & Fauna dans une version officielle âgée de 12 ans.

Ensuite il y aura une quantité de versions embouteillées entre autres par Gordon & MacPhail et ensuite d'autres s'y intéresseront.

2012 sera aussi l'année de transformation pour l'actuelle Linkwood, qui compte désormais huit washbacks et quatre alambics, pour produire 5,5 million de litres d'alcool par an.

 

Il existe des versions officielles, placées dans des bouteilles longues en fines pas ordinaires, âgées de 26 ans (de 1981), avec des affinages en fûts de rhum, porto ou vin, mais il faudra compter à peu près 300 euros.

Ensuite la version ultime de chez G&M, un vintage 1953, une magnifique carafe qui est disponible à la maison du whisky pour la modique somme de 7900 euros.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article