750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Quand le Japon se fait Seppuku.

Et oui, avec l'arrivée sur le marché des n.a.s. Japonnais, je commence déjà à regretter les Yoichi de ma jeunesse, enfin de l'année dernière quoi!

Le Japon qui avait passé enfin le cap de la curiosité en matière de whisky, tombe dans le travers des versions sans âge et il est peut-être facile de faire un raccourcis du genre, mais il s'agit plus que probablement d'un moyen de mettre sur le marché un produit jeune à prix égale, bon ça c'est au pays des rêves bleus, ou plus coûteux encore, je prends l'option deux.

Avec le paquet de prix internationaux que le Japon à reçu ces dernières années, je me demande s'il n'y a pas un comique qui frappe à la hache dans la coque du navire.

Alors disons que les stocks de vieux whisky diminuent, oui disons ça.

Donc le whisky coule sur l'île depuis 1923 et il n'y a plus de 15Y, ben ça alors.

Je ne suis pas en train de parler de la qualité, je ne la connais pas et sauf dégustation organisée de ceux-ci, je ne crois pas que je me servirai un Nikka dans les années à venir.

La qualité de ces produits n'était plus à démontrer. Bien que très carré, le style était relativement écossais et la sensation bien agréable.

Maintenant vous devrez débourser une centaine d'euros pour un Nikka de 10 ans, une cinquantaine pour le non-age et en format 50cl.

Comptez 70 euros pour la nouvelle version en 70cl à 45%.

Le blend Hibiki passe à plus de 60 euros, l'année dernière le 12Y était disponible à 40 euros.

Le Mars, pas celui ou ça repart, l'autre, celui qui coûte entre 100 et 150 euros et toujours sans âge.

Sinon il reste la série Pure Malt Red, White, Black, ou le très bon Nikka from the barrel, à un prix disons abordable.

Quelle époque mes amis...

Bon voici quand même la dégustation d'un whisky, bah qui me manque un peu faut l'avouer.

  • Yoichi 15Y. 45%.

Nez: Sherry, vernis, pêche, bois. Il a le nez d'un écossais. Crémeux, fruité, élégant, ça pourrait être un Ben Nevis. Très, très encourageant. Avec l'ouverture, moka et fruits secs. De la fraicheur aussi, de l'abricot. Marmelade d'orange.

Bouche: C'est beau, du bois, du sherry. Ça redevient japonnais, carré, sans erreur. Les épices bousculent un grand coup les fruits. Il pas mal de qualités qui manquent aux écossais, mais il n'aura pas ce côté "dirty", pour autant on ne pourra éviter la comparaison. Je n'ai pas envie d'y mettre de l'eau.

Finale: Sèche juste un peu. C'est long, c'est terrible. Le poivre tranche franchement avec le nez. Raisins secs marinés à l'alcool, fruits secs. Et tout au bout du chemin le sherry fait un dernier coucou. Whisky à avoir dans son bar, dommage qu'il disparaitra bientôt de nos rayons, en cause l'apparition des nouveaux n.a.s.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article