750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Paul John Single Cask Unpeated

 

Après avoir testé la fabuleuse version de l'embouteilleur Malts of Scotland, je remercie Didier Navez, caviste Montois 'Aux Mille Saveurs', d'abord pour sa sympathie et ensuite pour sa générosité à me faire parvenir ces échantillons qui contribuent à la viabilité de ce blog.

 

  • Paul John Single Cask Unpeated Cask n°1444. 59,7%.

 

Nez : Sirop contre la toux, sirop de pomme. Crémeux, caramel. Confiseries et sucre d'orge. Un genre de décoction de cannelle, orange, peut-être de gingembre. Il y a quelques indicateurs de jeunesse, mais c'est un bon petit gars. L'eau va l'assouplir, apporter de la banane bien mûre, plus d'épaisseur. Chocolat, coco, définitivement l'eau lui est plus que profitable, même une larme. En effet il rend enfin compte de son exotisme.

 

Bouche : Approche frontale, fruitée, sucrée. Caramel ou sucre de canne. Sa jeunesse s'exprime sur la pointe de la langue. L'alcool n'est pour autant pas d'une extrême grossièreté. L'ensemble est épicé à foison et astringent, l'eau ne fait qu'amplifier le phénomène. Une fois passé ce cap, il y a du sirop d'érable, mais aussi de la banane. Je dois dire que ça part un peu dans toutes les directions. 

 

Finale : Boisée, un peu astringente, avec quelques baies et autres petits fruits rouges et verts. Bien épicée, avec un cuir un peu sec.

 

Bon c'est une expérience radicalement différente de ce que l'on trouve sur le vieux continent. Un peu agité, ce jeunot va vous entraîner sur un terrain parfois impraticable, du genre de celui sur lequel vous jouiez au foot enfant, ensuite il va se civiliser pour laisser parler quelques fruits.

Le nez est vraiment sympa avec un peu d'eau, la bouche c'est un peu le rodéo.

Voilà, ce n'est pas ma tasse de thé, mais encore un fois je suis bien content d'avoir eu la possibilité d'en faire l'expérience

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article