750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

River Antoine Estate

Photo : Maison Demiautte

 

  • River Antoine Estate 'Royale Grenadian Rum' 69%.

 

Nez : Hoùla c'est bon ça ! Nous avons un profil gonflé aux esters, aux fruits exotiques. C'est également hyper laiteux, avec derrière ces senteurs l'impression de puissance qui peut-être va se déchaîner juste après ça. Je dirais que nous sommes sur un produit qui joue le relais entre un jamaïcain et un haïtien, dans les grandes lignes. Avec l'ouverture j'ai un petit côté viande fumée, citron, olive verte intense.

 

Bouche : Faut avouer que c'est couillu ! En terme de présence de l'alcool ça passe, mais il faudra y aller progressivement avant de plonger dedans. Nous conservons cette tendance sur les esters de fruits exotiques, ce côté bien laiteux, citronné. Premier constat important, il faut le laisser s'aérer un peu, ça aide au développement des saveurs et à la dispersion de l'alcool, même si ça reste bien punchy. L'aspect végétal de la canne s'accompagne toujours de cette touche fumée salée bien sympa. Ça gagne un peu en amertume, en âcreté. Dans l'ensemble c'est une vraie belle expérience, d'un produit noble.

 

Finale : Nous restons sur ce que nous avons rencontré plus haut, avec une certaine salinité qui est apparue progressivement

 

River Antoine Estate est une distillerie située à la Grenade et qui fonctionne depuis 1785 sans électricité.

Ancienne colonie anglaise elle produit du rum de manière particulière et relativement unique au monde.

 

Les cultures de cannes ne connaissent aucun pesticides ou engrais chimiques, la bagasse est là pour ça.

Une fois récoltée, la canne va passer à deux reprises par un broyeur activé par une roue à aube de 6 mètres de diamètre, que l'on active quelques heures par jour afin de la préserver.

Les quelques milliers de litres de jus vont alors subir une légère chauffe de quelques heures dans des cuves métalliques, afin de réduire le volume d'environ 10%.

 

Ce jus, disons concentré, va alors reposer avant de démarrer sa longue phase de fermentation, sans ajout de levure, totalement spontanée.

Le jus restera dans des cuves en ciment durant 6 à 10 jours, avant que ne démarre la distillation.

 

Les deux alambics sont des John Dore datant des années '80. Ceux-ci ont été bricolés au fil des décennies, avec des pièces appartenant à des modèles Vendôme ou encore Forsyth.

Ils font environ 2000 litres, ils ne sont jamais utilisés à pleine capacité, ce qui donne une production journalière assez faible, d'un rum titrant environ 80%.

Conditionné en cuve inerte, son volume d'alcool sera réduit soit à 75%, soit à 69%. 

 

Jusqu'à aujourd'hui, la distillerie n'avait jamais réalisé un embouteillage destiné à une consommation extérieure à son territoire.

C'est désormais chose faite, grâce dirons-nous au pouvoir de persuasion de la maison Vélier.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article