750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

"Oileanach Furachail" PC12 pour les intimes.

 

Alors qu'arrive bientôt la nouvelle édition du Ardbeg Day, le bien nommé "Dark Cove", j'ai décidé de présenter ce single malt. Le Port Charlotte PC12.

En voici les raisons.

Premièrement, Port Charlotte est la première production que j'ai pu déguster et je garde pour la distillerie Bruichladdich un petit faible. Il faut dire qu'à cette époque elle avait été rachetée par un certain Mark Reynier qui a totalement changé la façon de communiquer et l'image de la marque, en sachant notamment s'entourer des meilleurs, comme Jim Mc Ewan. Un mot en passant, Mark Reynier a réalisé une très belle plus value en vendant ses actions à Remy Cointreau pour 76 millions d'euros. ce qui lui permet actuellement de se lancer dans la production de whiskey irlandais sur le site de Guinnesse Wateford.

Bref Port Charlotte, tout comme Octomore, Black Art, vient de cette période féconde et de l'esprit 'diabolique' de Jim Mc Ewan.

Pourquoi parler du "Dark Cove" dans ce cas?

Sachez par avant que j'aime le style de la maison Ardbeg, là n'est pas le problème. Bien que je me suis souvent laissé tenter par les éditions 'spéciales' de cette distillerie, qui n'avaient de spéciale en général que le nom, je veux dire comparativement à la production classique. J'ai néanmoins un problème de taille, je n'aime pas payer un prix déraisonnable mes whiskies simplement pour le fait qu'ils font l'objet d'un culte monté de toutes pièces.

Ces produits ne sont pas des raretés, mais on aime vous le faire croire. Ce sont des whiskies jeunes qui du fait du marketing, coûtent une fortune.

Ce que contient la bouteille est bon certes, mais alors à ce prix là j'ai des doutes.

Globalement c'est ce qui ressort de toutes mes discussions sur le sujet avec des gens plus expérimentés que moi. Alors Ardbeg, arrête de nous enfumer, je t'aime bien mais tu me fais du mal. Pour être précis, ces versions se négocient au alentours de 150 euros en Belgique.

Ce Port Charlotte est plus transparent en effet, il a 12 ans, est embouteillé à 58,7%, produit à 12.000 exemplaires. Il fait l'objet d'une grosse spéculation, il faut donc essayer de l'attraper dés sa sortie.

 

Voici mon avis:

 

Nez : Tourbe viandée, pierre mouillée. Petite note sucrée et fruitée. Beaucoup de fraîcheur. C'est très complet. Echinacea. Fumée, feux éteint. L'eau apporte un peu de souffre, de fructose, du citron.

 

Bouche : C'est salé et crémeux. Beau boisé-fruité provenant d'un fût de sherry. La tourbe est en trame de fond et plutôt végétale.

 

Finale : Longue, sèche. Une acidité qui s'efface progressivement. Le sel est toujours bien présent. Enfin arrive une tourbe bien terreuse. Il y a également quelque chose de légèrement médicinal.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article