750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Cragganmore l'ancien.

 

Voici un échantillon offert par notre ami Sylvain, j'aurais voulu faire un face à face avec la version moderne pour lui rendre un meilleur hommage, mais je n'ai pas acheté la bouteille et pas trouvé un sample non plus.

Il me reste deux ou trois samples de notre dernier échange et je ne cache pas que j'ai un peu de mal à les ouvrir.

 

Et oui les buveurs de whisky sont fidèles en amitiés et gardent en eux toujours le souvenir de ceux qui trinquent avec le fumeur de Havane.

 

  • Cragganmore 12Y 'Old Label' 40%.

 

Nez : Bien fruité d'emblée et liquoreux. Pêche, abricot. Un voile de fumée, une couverture de miel. C'est d'une très belle souplesse, doux, faisant tout pour être aimé. Des herbes sauvages fraîchement fauchées. Un soupçon d'épices. Hum une autre époque certainement, où les 12Y avaient un peu plus de coffre. Avec l'ouverture, de la pâte de fruits typée sirop de Liège, je reconnais que c'est subtil. Les arômes vont prendre de l'ampleur et se diffuser au dehors du verre, un whisky des années '80 qui avait vraiment besoin d'un bol d'air. Après l'avoir goûté, l'anis est déjà présent.

 

Bouche : Dans un premier temps cela s'efface un peu, suite à la réduction probablement. Mais ensuite ça va remonter la pente, avec des épices plus vigoureuses, du miel, de la pomme, poire et une amertume végétale s'intensifiant. Elle se montre anisée. Finalement elle a du caractère, même si un petit 46 aurait probablement été le bien venu. Signes de torréfaction de café, caramel.

 

Finale : Pour sa réduction il garde une belle présence en bouche. Sèche et conservant sont caractère anisé. Légère amertume, chêne, cuir.

 

Au détour d'une enchère, s'il est à prix décent n'hésitez pas, c'est l'occasion de tester une version ancienne qui vaut la peine, idéalement à comparer à la version moderne.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article