750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

El Dorado Versailles 2002

 

  • El Dorado Demerara Rum Marque VSG 'Rare Collection' Versailles 2002 / 2015. 63%.  

 

Nez : La cassonade, connue également sous nos latitudes sous le nom de 'sucre gamin' ou encore 'suk' selon le nombre de dents toujours présentes dans la bouche de la personne qui le prononce et oui c'est le nord, bref ce sucre brun va envahir le verre. La sensation est donc douce, sucrée et réveille de bons souvenirs d'enfance. De manière sous-jacente nous trouverons encore de la vanille. L'ensemble n'est pas d'une extrême lourdeur comparativement à la version Enmore ou d'autres Rums made in Guyana. L'ouverture apporte du café torréfié, des arômes qui oscillent entre fruits et épices.

 

Bouche : La bouche est puissante, un peu moins de sucrosité. Des fruits exotiques, comme le kiwi. Ici nous aurons plutôt un caramel trop cuit, de la réglisse, mais il faut avouer que cela casse l'excès de sucre et c'est agréable. Un moment il va y avoir une grosse sécheresse, du bois, de la muscade, clou de girofle, ça ne manquera pas de piquant. Toutefois cela s'effacera pour laisser la place à du café qui fera son retour, mais aussi une certaine fraîcheur. Vraiment très bien fait, un peu plus dans la subtilité que le Enmore et surtout une bonne intégration des 63%.

 

Finale : Sur la finale, nous trouvons de la banane à juste maturité, cela reste fruité, souple, caramélisé. Elle sera longue, dégageant une fraîcheur typée clan, encore du bâton de réglisse.

Un rum pas dans l'absolue lourdeur, riche et qui parvient à marier tout ce sucre, ce fruité à une fraîcheur bienvenue et qui relève le niveau de complexité.

Sans juger du prix, il est vrai qu'il y a à priori une volonté de placer ce trio dans la case ultra-premium.

Ceci-dit il ne sont pas isolés sur le créneaux et impossible pour moi de me prononcer sur le fait que ce soit justifié ou pas, puisque je n'ai pas encore suffisamment de points de comparaison. 

 

En tout cas j'ai été bien heureux de pouvoir y goûter, merci encore à Arnaud.

Vous pouvez retrouver ma note sur le Enmore de la même série ci-dessous et si vous êtes en appétit je sais qu'il en reste au moins une série complète à la Maison Demiautte.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article