750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

De la banane dans mon whisky?!

De la banane dans mon whisky?!

Lorsque je discute avec des personnes qui s'intéressent peu ou pas au whisky et que je parle des arômes qui se baladent à la surface de mon verre, souvent les yeux s'écarquilles et les moues trahissent la perplexité de mes interlocuteurs.

Ils demandent si l'on ajoute cela à l'eau de vie ou d'où cela provient.

Bon je ne vais pas faire la leçon, je ne suis ni chimiste, ni O.R.L.. Nous avons tous une approche plus ou moins semblable des goûts et des odeurs. Cependant elle varie selon notre parcours gustatif, la maturité de notre palais.

Plus votre alimentation sera variée, plus vous sentirez tout ce qui passe à portée de votre nez, plus vous pourrez mettre un nom sur ce que vous trouverez dans votre whisky.

Les arômes se cachent dans les alcools, les fruits secs dans les aldéhydes, le méthanol va donner un caractère plus doux, le butanol de la banane. Les esters vont donner tantôt du vernis, de l'ananas, tantôt de la framboise.

Nous trouvons également des composés sulfurés qui donneront des légumes ou du souffre.

Les acides gras, d'où l'intérêt de ne pas filtrer à froid, apportent de la cire ou de la crème.

Il y a plus de 200 composés différents dans un new make dont beaucoup transportent leurs goûts et arômes.

Mais bien entendu tout a son importance dans le processus de fabrication, la moindre bosse dans un alambic de 200 ans est reproduite en cas de changement, car il est considéré que même l'écoulement du distillat à l'intérieur de celui-ci doit rester identique afin de conserver le caractère propre à la distillerie.

Le choix de la céréale bien entendu, le maïs ne donne pas les saveurs de l'orge.

La méthode de séchage, la tourbe charge différemment le grain que le séchage par air

L'eau, la levure, la taille de l'alambic, la vitesse de distillation, la touche du maître distillateur qui coupe le distillat à sa façon unique...

Cela étant dit, la partie la plus importante dans la transmission du goût est le choix du fût. Le bois, directement en contact avec l'alcool durant de nombreuses années va le transformer en or liquide. Le bois va transmettre son caractère propre via les tanins, mais aussi le contenu précédent, ou la manière dont il va être brûlé de l'intérieur pour ceux qui utilisent cette technique.

La taille du fût est également importante, car plus il est petit, plus le ratio bois alcool est élevé et plus la maturation sera rapide. Cela va de 19 à près de 1000 litres.

L'endroit de son stockage. Un tonneau stocké en bord de mer subira d'autres influences que dans le Speyside.

En bref les arômes qui jaillissent de votre bouteille ne sont pas le fruit du hasard, mais celui d'une alchimie miraculeuse. Voilà pourquoi je ne dis jamais dans le cas d'un vrai whisky, il est bon ou mauvais, ce serait manquer de respect aux gens qui sont à l'origine des choix qui ont conduit à proposer un produit fini. Je dirai plutôt que c'est dans mes goûts ou pas.

Toutefois il m'est arrivé de goûter certaines choses qui n'étaient absolument pas digne d'intérêt, voir même de s'appeler whisky.

Bon les arômes quels sont-ils?

Je vais vous donner les bases ensuite le mieux est de se procurer une roue des arômes car ils seraient trop nombreux à énoncer ici et surtout cela n'aurait aucun sens.

Votre whisky pourra être:

  • Floral
  • Fruité
  • Herbacé
  • Iodé
  • Minéral
  • Huileux
  • Fumé
  • Soufré
  • Vineux
  • Boisé
  • Céréalier
  • Doux

Ils se développeront au niveau du nez, de la bouche et de la finale, c'est à dire le goût résiduel après déglutition.

Voici un whisky que je pourrais recommander pour débuter sans casser inutilement la tirelire.

Vous le trouverez facilement dans les grandes surfaces. Il est par exemple en vente chez Delhaize pour 29,99€, voir le lien.

The Famous Grouse. The Naked Grouse. Blended malt, 1st Fill Sherry Casks, 40%.

Nez: Doux et mielleux. Boisé, sherry. Légèrement épicé. Ça sent le highland park jeune, abricot.

Bouche : Boisée et sèche. Plus de fruité, très agréable. Bien équilibré. A ce prix là, rien à dire.

Finale : longueur honorable, toujours sur le sherry. Plutôt boisée. Cache bien sa jeunesse. Bref j’aime et je remplace mon Macallan Amber et mon Highland park 12Y.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article