750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.

Voilà exactement pourquoi je tiens ce blog.

Cela me demande beaucoup de temps, un peu d'énergie, un organisme qui assimile bien le malt... Non je déconne, je n'abuse jamais... Quoi? C'est vrai!

Je le fais, car il me permet d'atteindre certains objectifs, dont celui-ci, rencontrer les gens qui font le whisky.

Rencontrer des professionnels, avoir accès aux petites entrevues très confidentielles.

Avoir l'occasion de goûter des produits d'exception et en faire le retour à mes lecteurs, qui par ailleurs sont de plus en plus nombreux.

Je vous dis merci du premier au dernier, ainsi que pour vos messages de sympathie.

Très récemment j'ai pu saisir une de ces opportunités, par le biais de la Maison Demiautte.

Il m'a été donné la chance de pouvoir rencontrer Madame Joanne Brown Global Brand Ambassadrice Bruichladdich et Monsieur René Danloy Hotel Development Officer Rémy - Cointreau Belgium.

Nous avons pu déguster quelques très bons produits dont je ne manquerai pas de vous parler, mais aussi poser l'une ou l'autre question au sujet de la production à venir.

 

le blog: Nous somme désormais dans l'ère post Jim McEwan. Comptez-vous poursuivre sur le chemin tracé par celui-ci?

 

Joanne: Il faut savoir que l'expérience de Jim McEwan et des repreneurs de l'époque à conduit à une belle revalorisation des stocks de fûts, qui parfois étaient difficilement identifiables. Celle-ci est passée par le transfert dans des fûts de meilleur qualité et quant à eux clairement identifiés, de par le contenu et la provenance. Il se fait que Jim a une très grande connaissance de ceux-ci. Le montant de la reprise était constitué de 80% pour le stock et 20% pour le reste.

Bruichladdich est une entreprise locale, qui donne du boulot à 82 personnes. Bruichladdich est une entreprise qui investi dans les personnes, qui investi dans l'avenir et de se point de vue, ne compte rien changer. Bien entendu la gamme est plus réduite que par le passé, mais la qualité est un point sur lequel la distillerie continuera d'insister, en faisant confiance à une nouvelle génération, dont Allan Logan, désormais nouveau Distillery Manager et Adam Hannett Assistant Manager et nouveau nez de la maison, détecté de longue date par Jim McEwan lui même. Bien entendu la volonté est de produire plus, en sachant que nous sommes la septième plus petite distillerie de l'île. Atteindre une plus grande distribution. La communication évolue également. Il est logique lorsque l'on réalise un beau travail de vouloir le partager et nous sommes particulièrement fière du fruit de notre travail.

 

le blog: La transparence sur la production et le vieillissement semble être très important pour vous. Est-ce le fruit d'une longue réflexion? Que croyez-vous que cela va apporter aux amoureux de whisky?

 

Joanne: Comme je le disais, nous sommes très fière de notre façon de travailler. Dans ce cas nous souhaitons nous ouvrir plus à nos 'fans'. Nous n'avons rien à cacher. Il faut ajouter à cela que l'amateur de whisky est toujours plus éduqué et exigent. Nos produits sont naturels, notre manière de faire ne doit pas être un secret absolu.

Nous sommes pionnier dans le domaine, mais nous souhaitons que la législation aille dans ce sens, que d'autres nous suivent, même si nous nous rendons compte que le chemin va être long.

Quoi qu'il en soit, tout en respectant la législation, nous souhaitons apporter un maximum de transparence et exposer ce qui fait notre caractère et notre différence.

 

le blog: Quel est pour vous le plus grand défi que vous aurez à relevez, ou l'objectif pour ces prochaines années?

 

Joanne: Je ne sais pas si nous pouvons parler de défi. Mais notre projet est de poursuivre sur notre lancée, en privilégiant toujours les personnes, en respectant la tradition et en conservant le caractère propre de nos produits. Pour ce faire nous devons continuer à contrôler la production de A à Z.

Nous sommes tourné vers cela en produisant un whisky toujours plus local, toujours plus Islay, en utilisant ce que nous pouvons trouver sur l'île, que cela vienne des gens ou de la terre.

 

le blog: Lorsque je regarde de loin l'attitude des différentes distilleries, les unes envers les autres, je ne ressent pas cette concurrence néfaste qui existe dans d'autres disciplines. Bien entendu chacun défend son produit, mais les producteurs écossais semblent porter tous ensemble ce beau produit issu de leur savoir faire. Ma question est, cette attitude est elle authentique dans la réalité des faits?

 

Joanne: Islay est un microcosme, 3000 habitants pour 2000 moutons. Les gens se connaissent et se respectent.

Nous avons tous de la famille qui travaille pour l'une ou l'autre distillerie de l'île. Chacun défend son produit, mais c'est très amicale.

Pour vous donner une idée, lors de la fête de l'île, toutes les distilleries s'associent afin de proposer le meilleur et la plus belle image possible de l'endroit.

Il y règne une belle fraternité et personne n'est isolé.

La concurrence se passe plus haut probablement et c'est normal, les grands groupes défendent des intérêts qui leur sont propre.

 

Merci beaucoup Joanne, Slainte!

Merci également à Monsieur Danloy et bien entendu à Bernard et Arnaud.

La gamme dégustée était réellement complète, en voici la composition:

Vous pourrez noter que le taux d'alcool est en règle générale de 50%. Cela tiens au fait que la manière dont est distillé l'alcool produit beaucoup de matières grasses, d'huiles issues du malt. Afin de conserver une belle transparence, Bruichladdich a préféré augmenter le taux d'alcool plutôt que de le filtrer à froid. Quelle merveilleuse idée, quand on sait que ces matières contiennent une grande partie des saveurs. Les whiskies ne contiennent pas non plus de colorant.

 

  • Bruichladdich Scottish Barley The Laddie Classic n.a.s. 50% un-peated American oak cask, un chill-filtered, coloring free (code 13/148).

Nez: Doux, net et frais, plantes médicinales. Camphre, céréales sucrées, complexe.

Bouche : Bel équilibre et intégration de l’alcool, vanillé, sucre vanillé.

Finale : Elégante, massepain, légèrement chocolatée (blanc). Une pointe de tourbe.

 

  • Bruichladdich Islay Barley 2009/2015 Claggan, Cruach, Island & Mulindry Farms 50%.

Nez: Citronné, iodé. Gras et vanillé. Fraîcheur maritime. Il y a à la fois du menthol et quelques fruits frais, sucrés, comme de la pêche. L'ensemble est bien fondu et cohérent.

Bouche: Huileuse, vanillée. Beaucoup de fruits se bousculent, exotiques, ainsi que de la pêche toujours. Se fait un peu plus boisé, avec un côté végétal. Très frais, élégant. Bon je sais que ce n'est pas tourbé, mais il y a comme un fantôme de tourbe quand même. Du citron confit et du biscuit vanillé. Un peu d'eau va permettre d'atteindre des notes plus caramélisées, de la pomme. C'est très bon, très typé.

Finale: Tout ça est bien roulé. C'est long et sec. Persistance floral, végétale.

 

  • Bruichladdich Black Art 4.1 1990 23Y 49,2%.

Nez: D'une richesse extraordinaire! beaucoup de choses se bousculent dans le verre. Des fruits exotiques, du chocolat, du melon. Il y a de la cerise macérée dans l'alcool. C'est gras, riche, sucré. C'est tout simplement sensationnel, le genre de whisky pour lequel je pourrais casser ma tirelire. Jim, dis moi à l'oreille ce que c'est. Il y a de la coco, du sherry, du gingembre.

Bouche: C'est chaud, avec du bois, des épices et toujours énormément de fruits. Une sublime vanille au miel. Melon, coco. Pfiou c'est très bon.

Finale: De l'orange avec sa peau. Raisins façon Sauternes. Chocolat noir... Bref si vous avez l'occasion de tester ça, payez vous un dram.

 

  • Port Charlotte Scottish Barley Heavily Peated 50%.

Nez: Tourbe mentholée. Vanille, poivre. De la pêche au sirop. Une pointe de paprika. Sur la main on trouve des céréales grillées. Du sucre ressort à chaque étape, du sirop encore. Fruits mûres tirants sur la banane. L'eau libère de l'eucalyptus de manière massive. Il devient plus médicinal et confit un mélange d'agrumes.

Bouche: L'alcool est bien présent. La pêche prend la forme d'une gomme. La tourbe est discrète. L'eau calme ses ardeurs, ce qui est un bénéfice. Devient plus huileux, mélange de vanille, de fruits secs, mais aussi de sirop et d'agrumes plutôt acidulées. Revient ensuite sur l'eucalyptus.

Finale: S'assèche, retour des épices et surtout du sel. La tourbe reverdit. c'est bon, mais il faudrait tester le 10Y. Un peu d'amertume venant d'un pamplemousse rose. Un whisky qu'il faudra maîtriser par deux cuillères à thé d'eau, sous peine de passer à côté de ses qualités.

 

  • Port Charlotte Islay Barley 2008 50%.

Nez: Tourbe très typique, jus de citron. Charbon. Il y a au delà de cet aspect frais, une très belle présence fruitée qu'il faut prendre le temps de découvrir. Pour moi un peu plus complet que la version Scottish, moins directe, plus profonde. Il y a également un peu de la pharmacie de grand mère, antiseptique.

Bouche: Une approche très délicate, fraîche, avant de laisser la place à la tourbe. Ensuite c'est avec Kilchoman, pour moi une des plus belle tourbe. Mais les fruits sont toujours là, accompagnés de caramel.

Finale: Longue, huileuse, tourbée. Le tout local, c'est la bonne voie.

 

  • Octomore Scottish Barley 7.1 Ochdamh-mór 208ppm 59,5% 2009/2015 American Oak.

Nez: Tourbé, sucré, vanillé. Tabac clan. D'emblée je lui trouve plus de qualités que le 6.1. Il est plus gras, plus sirupeux. Des graines de pin grillées. Du gingembre, il est très bien fait. Il me donne ces arômes de yaourt à la grenadine.

Bouche: C'est loin d'être du bitume, comme le décrivent certains. C'est costaud du fait d'un taux d'alcool élevé. Mais cela s'efface rapidement et devient doux, sucré. Tourbe bien entendu, mais vanille, pêche, tabac, viennent l'épauler avec succès.

Finale: Elle propose de poursuivre sur les arômes de la bouche. Elle pourrait aller encore plus loin, mais se réserve aux vrais amoureux du genre. Ils seront récompensés. Avec ce petit côté salin, citronné très sympa.

 

  • Octomore Islay Barley 7.3 Ochdamh-mór 169ppm 63% 2010/2015 Bourbon Barrels & Ribera del Duero Wine Casks. Lorgba Field Octomore Farm.

Nez: Wahh là c'est juste le paradis! Juste pour dire, la tourbe est presque imperceptible tant les arômes vont remontent les narines. Gras comme le beurre, enveloppant. Vineux juste comme il faut pour contre-balancer l'alcool et la tourbe. Voilà ce que va chercher l'amateur de whisky tourbé qui a goûté des dizaines de peat blast et qui a envie d'autre chose. Huile de citron, tabac. Là nous sommes sur les terres d'Octomore et nulle part ailleurs. De la valda. Encore, encore!

Bouche: Bam c'est puissant, accrochez-vous à votre fauteuil club. Allons-y par petites lampées. Après la morsure du premier test, il devient aussi sage qu'un enfant. Là c'est à nouveau parti pour les fruits en sirop. De la pêche. Du charbon, le feu de tourbe. Ajoutez lui une cuillère à thé d'eau et atteignez un niveau supérieur.

Finale: Ah vous êtes encore là. Désolé je rêvassait en compagnie de cet Octomore de première catégorie. Goûtez le, je le veux! Allez rideau.

Gageons que nous pourrons retrouver prochainement ces bouteilles à la Maison Demiautte, où il est également possible de commander. C'est d'ailleurs de cette manière que je me suis procuré à l'époque le BlackArt 3.

 

Notez que les photos ont été prises par Christophe Mahy. Si vous souhaitez prendre contact avec lui pour vos projets photos, n'hésitez pas à passer par la messagerie du blog.

Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.
Rencontre exceptionnelle avec Joanne Brown.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

David 11/06/2016 11:14

Bonjour, merci pour ce chouette article.

Nous avons eu la chance de passer quelques jours sur Islay pendant la fête de l'île 2014. Un souvenir incroyable, de belles rencontres et tout spécialement chez Bruichladdich !

Bon courage pour la tenue du blog!

Seb.whisky 11/06/2016 11:22

Bonjour,

Merci pour votre commentaire. J'espère que cet article plaira autant que j'ai eu plaisir à le rédiger.
J'espère un jour avoir la possibilité d'aller également sur place.

Bien cordialement.