750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

James Eadie - Small Batch 2020

 

Suite James Eadie, avec pas moins de 4 nouvelles versions Small Batch 2020.

Commençons par un Teaninich 9 ans, distillé en 2010. Il provient d'une combinaison de First Fill de bourbon et de Refill Hogsheads, précisément trois fûts, les 718018 - 718019 et 721587. Au total nous avons ici 1084 bouteilles réduites à 46%.

Le nez propose des notes de pâte levée, de pomme, de citron jaune. C'est très clean, plutôt sur la retenue. Les fûts transmettent également ce caractère beurré, doux, avec du miel, de la vanille, tout en souplesse. Pas extravagant mais très convenable. Avec l'ouverture il me semble trouver un peu de menthe façon ricqles.

En bouche très agréable développement et pour être franc je ne m'y attendait pas. La texture est huileuse, très propre. Je retrouve ce citron jaune, avec son zeste. Il y a une belle fraîcheur, que j'inscrirais toujours dans la lignée du ricqles. Je retrouve également cette sensation de céréales, de pâte, voir de pain juste cuit. La vanille se mute en un caramel légèrement crémeux.

Finale citron menthe, caramel doux, vanille. Vraiment un whisky qui va convenir à un très grand nombre d'amateurs. Groseilles vertes, kiwi vert... Que de bonnes surprises chez cet embouteilleur.

Ensuite un Glen Elgin 9 ans également, distillé en 2010 et provenant également de trois fûts, dans la même configuration que le Teaninich, à savoir First Fill de bourbon et Refill Hogsheads, numérotés 801358 - 801359 et 806436. 1161 bouteilles à 46%.

Nez très vif, bien fruité et frais. Nous avons de la pomme, du citron, de la vanille. En fait j'ai vraiment la sensation de humer un cake aux pommes tout droit sorti du four. C'est vraiment gourmand, j'adore. Avec l'ouverture ça devient littéralement un pur jus de pommes, avec un peu de poire. 

Je reste complètement sur ce cake aux pommes. Ensuite vient cette acidité moyenne, du citron, du miel, des zestes confits. Sacrée concentration de saveurs pour un 46%, je crois que c'est l'un des meilleurs Glen Elgin que j'ai eu la possibilité de tester dans cette tranche d'âge. La palette est simple, mais éclatante. 

La finale conserve toutes les qualités du produit, c'est un must have.

Un peu plus de couleur avec le Linkwood 10 ans, un distillat de base du 04-11-2009, réparti dans trois Re-Charred Hogsheads, les 314374 - 314377 et 314381. 1159 bouteilles à 46%.

Un nez sur le butterscotch, c'est d'ailleurs ce qui va longtemps dominer. L'ouverture se fera lentement, sur plus d'épices, de la cardamone légère. Fruits secs, raisins, bananes. Pas simple à cerner ce Linkwood.

La bouche va s'assécher assez rapidement, il y a un mélange d'épices, de bois, muscade. Ensuite vient plus de rondeur, de raisins secs, de fruits rouges. Ce caramel au beurre est enfin de retour. 

Nous avons pour terminer un miel type châtaignier. Je retrouve aussi ce genre de cerise confite, prune. Un whisky très bon, sans fioriture, sans extravagance.  

Terminons avec un peu de fumée avec un Caol Ila 8 ans provenant de Re-Charred et Refill Hogsheads numéros 321763 - 321775 et 316478. Un total de 912 bouteilles à 46%.

Dès le moment où j'ai versé ce whisky dans mon verre, j'ai reçu une vague de sel en pleine face. Un Caol Ila parfaitement dans son époque, avec une fumée moyenne, une texture bien grasse, des notes d'agrumes. Des notes de chocolat, de cacao.

Il n'y a pas de grosse surprise, encore un fois les arômes sont typiques de ce qui se fait actuellement chez eux, mais tout est encore une fois bien en place. La fumée est plus intense, il y a du fruit sec, de la cendre, du sel bien entendu. Votre Caol Ila vient de connaître un bottle kill, celui-ci va probablement parfaitement le remplacer. Sa réduction n'est pas un problème, toute l'énergie nécessaire est conservée pour passer un agréable moment.

Finale pas trop sèche, avec toujours de la cendre, du tabac, du sel et c'est largement suffisant pour faire notre bonheur. Longue sur les herbes sauvages et sèches, le foin coupé. 

Bon il me reste encore quelques découvertes à réaliser chez cet embouteilleur, je vais m'y coller immédiatement.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article