750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Scapa - The Distillery Reserve Collection

Dégustation réalisée à l'aveugle suite à ma rencontre avec Ced Scot laugh

 

  • Scapa 13Y 'The Distillery Reserve Collection' 22-03-2006 / 28-05-2019. First Fill Sherry Butt n°678. 900 Bottles. 61,6%.

 

Nez : Il y a une belle puissance, mais pas d'agressivité. Clairement orienté fruits rouges, avec de la cerise très mûre, voir même de la liqueur. Il y a du vieux bois bien marqué, même si ce whisky n'est peut-être pas d'un âge particulièrement avancé. En tout cas, c'est très gras, avec une notion de sirop de plante, peut-être même de balsamique. J'ai hésité entre le fût de sherry et de Porto au départ, mais des notes de pruneaux me disent qu'il s'agit plus du premier. C'est un profil qui ne m'évoque pas grand chose. Soit c'est une distillerie que je connais peu, soit c'est une maturation peu commune à celle-ci, si pas les deux à la fois. Il y aurait bien encore un peu de noix, de chocolat, sans pour autant atteindre la lourdeur d'un Glendro, c'est ici un peu plus délicat. Avec l'ouverture ce nez devient vraiment magnifique.

 

Bouche : C'est toujours puissant, mais sa touche grasse, liquoreuse aide à passer au delà très rapidement. C'est solide dans sa structure, avec je crois tout ce qui composait le nez. Le pruneaux est très expressif, toujours cet aspect liqueur de cerise. Il y a toujours cet aspect vieux bois précieux, accompagné du sirop de plante, de sureaux... C'est vraiment très beau, très équilibré, mais toujours impossible pour moi à reconnaître. 

 

Finale : La finale est juste un peu sèche, avec un aspect tabac mentholé, balsamique. Des fruits rouges confits, c'est long et très agréable..

 

Merci à Ced.

Scapa est la seconde distillerie d’Ecosse située la plus au nord, très proche de Highland Park qui détient ce titre.

Elle fut fondée en 1885 dans les Orcades, à proximité de Kirkwall.

A cette période une troisième distillerie produisait du whisky à cet endroit, Stromness, elle n’existe plus.

La région est marquée par une domination scandinave de l’aire Viking Norvégienne, ceux-ci étant installés là depuis le 9ème siècle.

Les Orcades redeviendront écossaises en 1472 sous le règne de Jacques III, lorsqu’il se mariera avec la fille du Roi du Danemark.

Notons que des hommes y vécurent depuis le néolithique.  

Sa création par Townsend et Macfarlane est directement liée à la forte demande de whisky à destination des assemblages.

C’est d’ailleurs l’activité principale de John Townsend qui est venu de Glasgow pour cela.

Scapa entre toujours dans la composition de Ballantine’s à priori.

Avec un wash still, un spirit still et la période de fermentation la plus longue à l’époque, 120 heures, la distillerie produit peu d’alcool comparativement aux grosses machines.

Aujourd’hui tout le processus se déroule sur une semaine ce qui a ramené la fermentation à 70 heures.

En 1919 la distillerie sera vendue au groupe Scapa Distillery & Co.

Cette même année il s’en fallut de peu pour qu’elle ne parte totalement dans les flammes.

La société fera faillite et en 1936 l’assembleur Bloch Brothers en fera l’acquisition, déjà propriétaire de deux distilleries sur Campbeltown, Glen Scotia et Glengyle, il s’en servira pour alimenter ses propres assemblages.

Cette période durera jusqu’en 1954, date à laquelle le canadien Hiram Walker la rachètera, comme il racheta un grand nombre de distilleries en Ecosse.

Celui-ci procédera à la rénovation du site, il en profitera pour y installer un alambic de type Lomond qui fonctionnera de 1959 à 1979.

Dans les années ’60 le maltage ne sera plus réalisé sur place, un chemin qu’emprunteront bien d’autres distilleries à cette époque.

Lors de la faillite de Hiram Walker son portefeuille sera partagé entre Diageo et Pernod Ricard, Scapa passera chez le second.

Entre temps elle aura connu une période de fermeture et une utilisation partielle par l’équipe de Highland Park afin qu’elle ne tombe pas en ruine, notamment au début des années ’90.

Fort heureusement en 2004 un budget de plus de 2 millions de livres fut alloué à sa rénovation, achevée par le groupe Ricard, qui confiera son fonctionnement à sa filiale Chivas Brothers.

Dès 2005 la production va reprendre activement et de nouveaux embouteillages officiels vont arriver sur le marché, un 14 ans qui sera remplacé par un 16 ans en 2008.

Très récemment la distillerie a, tout comme la majeure partie de ses sœurs, abandonné l’affichage de l’âge, lui préférant des versions probablement plus jeunes, qui se nomment Skiren et Glansa, qui est sa première version tourbée, ce qui est cocasse puisque les distilleries situées sur les îles sont historiquement productrices de ce genre de whisky, à l’image de Highland Park, bien que ceux-ci restent plutôt faiblement tourbés.

Scapa apparaît également chez les embouteilleurs indépendants, comme Gordon & MacPhail ou Signatory Vintage, bien qu’il soit rare de les croiser chez les cavistes.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article