750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Braeckman 2019

 

La production de ce whisky a su rester "secrète" jusqu'à sa sortie et je dois dire que je la souhaitais, sans rien en savoir.

J'avais eu la chance de réaliser un tour d'horizon des productions belges grâce à Régis, passionné du sujet et cette distillerie me semblait être une très bonne candidate au podium des meilleures productions du plat pays qui est le mien.

 

Présentée en avant première lors du tout dernier Spirits in the Sky, la gamme arriva dans ma boite aux lettres mardi dernier et je peux déjà dire que sa découverte m'a grandement donné l'envie de visiter la distillerie dès que possible.

 

Retrouvez ci-dessous mes notes de dégustations, mais aussi quelques liens vers les articles précédents, ou encore vers le site officiel.

  • Braeckman 10Y Vintage 2008 "Single Grain - Single Barrel". First Fill Bourbon n°112. 252 Bottles. 46%.

 

Nez : Décidément cette distillerie me fait aimer le seigle. Il est évident, est impossible à nier et pourtant moi qui ne suis pas un adepte, je trouve ça très plaisant. C'est plein de vitalité, de ces notes de pain légèrement acidulé. Un whisky très gras, il s'accroche littéralement au verre. Le first fill de bourbon fonctionne parfaitement, apportant toutes ses senteurs caramélisées, vanillées, crémeuses. Il y a cette croûte de pain bien cuit, des fruits secs, juste ce qu'il faut de confiseries fruitées, agrumes, peut-être ananas. Après la première lampée, c'est le malt qui domine, effaçant un peu le seigle, très surprenant.

 

Bouche : L'attaque colle parfaitement, avec un peu plus d'épices en bouche, poivre et genévrier, de bois aussi. Mais alors intervient le fût de bourbon, pour distribuer du caramel à qui veut, de la vanille. Nous trouvons des notions de sucre d'orge, typique de ce genre de céréale, pas dominant fort heureusement pour moi. J'ai le sentiment d'y trouver de la pomme, du coing trop mûr, ce qui avec une certaine acidité ambiante, apporte de la minéralité et un certain équilibre. C'est beau !

 

Finale : Les épices vont donner de la longueur, mais ce qui est très sympa, ce sont ces retours de chêne grillé. De la gourmandise, du caractère et de l'équilibre, très bon début.

 

Cette entreprise familiale est apparue en 1918, elle a fêté par conséquent son centenaire l'année dernière.

C'est donc à la sortie de la première guerre que Achiel Braeckman décide de produire l'alcool numéro un dans le pays à cette époque, le genièvre.

Trois générations plus tard la distillerie est toujours la propriété de la famille et le genièvre roi, coule toujours des alambics, sans que rien n'ai changé en un siècle.

Désormais et depuis 1987, c'est Filip Braeckman qui gère la société.

Il va introduire de nouveaux produits dans la gamme, comme des liqueurs ou le genièvre aux fruits.

En 1996 il fera construire une nouvelle distillerie, la faisant équiper de nouvelles technologies, tout en essayant de lui conserver un caractère traditionnel. 

Désormais tout est géré par Braeckman Distillers, ils possèdent le moulin qui transforme le grain, bien entendu tout le processus de distillation, mais aussi l'embouteillage.

La distillerie se situe en Flandre, sur la Berchemweg, à Oudennarde, Audenarde en français.

Petites précisions sur la maturation. Ce whisky a passé 10 ans dans un fût de bourbon de premier remplissage, ensuite 10 mois dans un sherry butt oloroso.

Il est embouteillé à la force du fût.

 

  • Braeckman 10Y Vintage 2008 "Single Grain" Oloroso Sherry Finish - Cask n°218. 916 Bottles. 60,5%.

 

Nez : Nous voici dans un univers différent, mais jumeau tout de même. Et oui ce mélange typique de céréales de la maison, fait immédiatement appel à la mémoire olfactive. Ce seigle qui apporte du peps, de l'acidité, mais rattrapé par des notes d'orange, de café, de toffee, de fruits confits. Bien entendu ce n'est pas écrasant, mais bien inscrit dans les arômes. Il faudra le laisser s'ouvrir sur du moka, du chêne épicé. Le fameux christmas cake.

 

Bouche : D'abord les 60,5%, maîtrise absolue, c'est impossible de dire à l'aveugle que nous sommes à ce niveau de puissance. Ensuite c'est ici que cette longue finition est exploitée à son maximum. Le touché est gras, liquoreux. Les saveurs d'oloroso se développent, donnant du relief, de la texture. Nous avons du caramel crémeux, du chocolat, du café serré, mais aussi une orange pleine de jus sucré. C'est vraiment une grande réussite et toujours bien équilibré, résolument whisky. Raisins secs.

 

Finale : Des épices poivrées, du genévrier. Retour sur le bois grillé, fruits secs. Chocolat entre noir et au lait. Carton plein pour cette version.

  • Braeckman 10Y Vintage 2008 "Single Malt - Single Barrel". First Fill Bourbon n°110. 266 Bottles. 46%.

 

Nez : Très atypique, sur des herbes fraîchement coupées, de la menthe fraîche intense. Fruits secs, amandes. Il y a ensuite du gingembre, des épices poivrées. Pommes et poires confites. La vanille est soutenue, caramélisé et de fait relativement complet pour un single malt de cet âge. Le bois sec est une note redondante visiblement, elle m'est agréable. Avec l'ouverture la pomme va vraiment bien se développer.

 

Bouche : Étrangement j'ai aussi l'impression de trouver dans ce single malt, du seigle... saveurs fantômes ? Bien fruitée, sur la céréale, les épices toujours, tout cela se bouscule dans un joyeux bord..., enfin vous avez compris. Poivre et genévrier en partenariat avec le bois. Bien entendu une belle vanille, pommes et poires.

 

Finale : Les épices prolongent le combat, mais de la poire en pâte de fruit vient avec sa gourmandise. Les fruits secs reviennent, noisettes, amandes. Relativement longue et douce.

  • Braeckman 12Y Vintage 2007 "Single Grain - Single Barrel". First Fill Bourbon n°83. 242 Bottles. 66,1%.

 

Nez : Ce mélange de céréales est parfait, il donne sur du vernis, le mélange acidulé et épicé. Fidèle au style maison, il y a ce petit supplément d'âme avec deux années de maturation supplémentaires, mais aussi une non réduction qui n'est à ce stade pas perceptible dans les alcools volatils. Au delà de ça, c'est bien le fût de premier remplissage qui offre toutes ses qualités, vanille, caramel laiteux. Des fruits, pommes et il me semble papaye. Il va s'ouvrir et gagner lentement en consistance.

 

Bouche : Celui-ci a du corps, me semble plus complet, plus gourmand qu'au nez. Ici le caramel au lait est magnifique, vanillé à souhait. La texture est géniale, c'est extrêmement généreux. Clairement mon choix très personnel se portera sur les deux éditions cask strength, bien que les deux autres soient plus facilement accessibles et très expressives. Explosion d'épices, mais avec du sucre brun en arrière plan.

 

Finale : C'est encore la pomme, suivi de la poire mûre qui s'associent au bois et aux épices poivrées. Longue, sur cette sensation de pâtisserie aux fruits du verger. À goûter sans attendre !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article