750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Octomore 10th Series

 

Distillé pour la première fois en 2002, Octomore avait pour objectif de faire renaître une page quelque peu oubliée de l'histoire du whisky de Islay, celle de la devenue célèbre ferme distillerie éponyme datant d'environ 1816, dont les terres sont désormais exploitées par James Brown.

 

Nous voici déjà à la dixième édition et il faut constater que ce whisky n'a laissé personne indifférent.

Certains le vénère, d'autres n'adhèrent pas au projet, mais tout qui aura goûté aura réalisé que l'expérience est inédite.

 

Après avoir exploré les limites de l'influence de la tourbe, Bruichladdich surprend en mettant l'accent sur d'autres facteurs influents sur son whisky.

Voici plus de détails sur cette dixième série, composée de quatre déclinaisons, disponible depuis ce début octobre, bien que la 10.4 n'arrivera qu'en janvier 2020 chez votre caviste.

Ce 10.1 distillé en 2013, sur base d'une variété d'orge connue sous le nom de Concerto récolté en 2012 en Ecosse, a vieilli cinq ans sur Islay. Puisque c'est souvent le sujet central avec Octomore, ses ppm s'élèvent à 107, ce qui est presque peu si l'on occulte que cela reste dans les taux les plus élevés actuels. Produit à 42.000 exemplaires, il aura passé sa maturation de manière exclusive dans des fûts américains de premier remplissage en provenance de quatre distilleries. Jim Beam, Heaven Hill, Buffalo Trace et Jack Daniels. Enfin il est embouteillé à un volume de 59,8%. 

Comme toujours le 10.2 est un embouteillage badgé Travel Retail Exclusive. Sur un mélange d'orges de culture écossaise Optic et Oxbridge de la récolte 2009, il aura été distillé en 2010. C'est donc un whisky de huit ans d'âge, dont la particularité réside dans une double maturation. Celle-ci est réalisée de manière équitable, d'abord quatre années en fûts de whiskey américain, ensuite quatre ans à nouveau dans d'anciens fûts de Sauternes. Sa concentration en phénols est un peu inférieure à l'édition 10.1, concrètement elle est de 96,9 ppm. Cet Octomore est désormais disponible à 24.000 exemplaires, au volume de 56,9%. 

10.3 est en règle générale mon édition favorite, du fait de la variété de fûts employés. Cette fois ce ne sera plus le cas, puisque son vieillissement a été réalisé durant six ans dans le même genre de fûts que pour le 10.1, c'est à dire american oak, (Jim Beam, Heaven Hill, Buffalo Trace et Jack Daniels), mais également dans le même chai. L'orge de la variété Concerto provient de la ferme Octomore de James Brown. Le grain récolté en 2012, a été distillé en 2013. Voici donc un produit totalement issu du terroir, "Un seul champ, une seule ferme, un seul millésime". Pour les détails, 10.3 c'est 114 ppm, 61,3% et 24.000 bouteilles. 

10.4 ne sera pas disponible avant janvier 2020. Il sera le plus jeune, seulement trois ans. Le moins tourbé, 88 ppm. Mais également le plus puissant, 63,5%. Vu comme ça le challenge semble énorme et j'ai hâte. Nous restons par contre sur l'orge Concerto de la ferme Octomore, selon le même principe que pour l'édition 10.3, 100% Islay, 100% Octomore. Maturation exclusive en fûts neufs français, 28 fûts de Limousin fortement toastés, mis à reposer dans le chai numéro 12. Ça va envoyer des tannins ! 12.000 bouteilles seulement à se partager.

Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series
Octomore 10th Series

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article