750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Ferroni Gwada 1998

  • Ferroni Gwada 1998 - Elevage double, Bourbon Barrels & Rasteau. Série Brut de Fût. 56,5%

 

Nez : Si je devais juste passer le nez négligemment au dessus du verre, je serais immédiatement séduit, par ce caramel, ce chocolat, ce fruité, cette densité aromatique. Nous sommes sur quelque chose qui mélange les styles, vernis, sirop, bubble gum, eucalyptus... L'ouverture va effacer les dernières traces d'alcool et laisser apparaître du café fort, des fruits confits, cerise, pruneaux, mais également de la cannelle. Bah pas grand chose à dire de plus, c'est vraiment top, gourmand, équilibré.

 

Bouche : Hyper gras et enveloppant, ensuite plus boisé, avec quelques épices poivrées. Elle reste ferme, campée sur ses forces, puissance aromatique et parfait équilibre. C'est un rhum magnifique. Mélange de café serré, de caramel. L'alcool est parfaitement intégré. Nous retrouvons progressivement tous ces fruits confits présents au nez, riches, sucrés. Des fruits secs, de très belles notes d'eucalyptus. Je plains mon ami Arnaud, la bouteille ne fait que 50cl...

 

Finale : Derrière la mélasse, nous avons cette fraîcheur de l'eucalyptus qui resurgi. C'est long, un peu plus sec. Difficile de juger de la finition, car je n'ai jamais goûté de Rasteau, mais j'imagine qu'il y est pour quelque chose dans le résultat final, mais sans un produit de départ d'exception... Nous retombons enfin sur ces notes de vernis que j'avais pu capter au nez, vieux bois ciré, réglisse. J'ai vraiment l'impression d'avoir tapé en effet dans la réserve du Paradis.

 

 

Ce rhum embouteillé par la maison Ferroni, provient de la distillerie Damoiseau en Guadeloupe, d'où le nom Gwada, qui n'est autre que la contraction du nom de cette île des Caraïbes.

 

Pour le coup il ne s'agit pas de rhum agricole.

Nous pouvons dire que les deux bourbon barrels acquis par l'embouteilleur ont voyagé.

Puisque après une première période de maturation tropicale, ils iront retrouver le chai britannique et enfin celui de Aubagne.

 

C'est lors de la dernière année de vieillissement qu'ils seront transférés dans d'anciens fûts d'un vin doux naturel, le Rasteau, produit à base de grenache, (minimum 90%).

 

Ce vin bénéficiant de l'AOC, produira l'équivalant d'une bouteille par pied de vigne.

Il sera fermenté totalement ou partiellement, le moût devant contenir un minimum de 252 gr par litre.

Cette phase durera de quelques heures à quelques jours.

Il sera muté par adjonction d'un alcool de raisin, neutre en saveurs à 96%. La proportion ajoutée ira de 5% à 10% du volume total. À terme il titrera 15% minimum.

 

Vient ensuite l'élevage, qui distinguera diverses catégories de vins doux naturels.

 

D'abord les Grenat et Blanc, qui vieilliront sans contact avec l'air et passeront au minimum trois mois en bouteilles. Des vins qui se consomment jeunes.

Ensuite le Tuilé et Ambré, dont le vieillissement sera de type oxydatif, c'est à dire au contact de l'air, en barriques ou foudres. Durée minimum 30 mois.

Le Hors D'Âge, signifie que l'élevage aura duré au minimum cinq ans.

Enfin le Rancio, le plus rare, qui lui aussi aura été élevé de manière oxydative durant cinq ans minimum. Il développera des saveurs qui lui donneront son nom, cela grâce au développement de petites levures naturellement contenues dans le vin, qui survivent grâce aux sucres résiduels probablement.

Ces vins peuvent se conserver de longues années, jusqu'à 25 ans.

 

Un embouteillage qui est devenu rare, puisque la maison Ferroni ne possède plus de bouteilles, ni même de ce genre de fûts en maturation.

Merci à Arnaud Demiautte pour la découverte, mais aussi à Guillaume Ferroni, pour toutes ces précisions.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article