750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Worthy Park 'Single Estate Reserve'

 

  • Worthy Park 'Single Estate Reserve' 45%.

 

Nez : Il fait preuve d'une douceur fruitée et vanillée à la fois. La banane est généreuse, le baba bien entendu au rum. Puissant mais agissant tout en délicatesse. Il y a de la fraîcheur là dedans, je lui trouverais bien quelques agrumes légèrement acidulées, voir des accents résineux. Sans jouer les gros bras, il sait jouer de ses qualités et est l'une des introductions idéales au style maison.

 

Bouche : Belle richesse, belle densité. Légèrement plus vif, il va libérer des notes épicées, en maintenant un apport vanillé et fruité, sur la banane mûre. Pour un peu nous pourrions le rapprocher de certains whiskies jeunes, dynamiques, équilibrés, dont le caractère exotique ne manque pas dans certains cas. La confirmation est ainsi obtenue qu'il s'agit d'un rum parfait de par sa complexité rendue accessible par notamment un volume réglé sur papilles délicates. Nous trouvons encore un genre de pâte levée, légère, du style brioche, c'est pâtissier pour résumer, ça ne manque pas de gourmandise.

 

Finale : La vanille va virer moka, caramel crémeux. Il y aura une persistance des épices, ce qui créera une parfaite harmonie d'ensemble, mais surtout offrira de la longueur. Nous avancerons sur plus de bois, un peu plus de sécheresse, mais également reviendrons sur cette fraîcheur végétale. 

 

Worthy Park est la plus ancienne distillerie de la Jamaïque.

Fondée sur les terres de Francis Price, un officier britannique qui reçu ce domaine en 1670, après avoir participé à la reprise de l'île au royaume d'Espagne.

C'est l'indication qui apparaît sur la bouteille, mais il faut tenir compte du fait que la production de sucre et de rum pour ainsi dire à la même époque, date de 1710, ce qui est déjà plus ancien qu'un bon nombre de distilleries de whisky écossaises encore en fonction.

 

Pour une production de quelques milliers de litres au départ, la distillerie en sortira plus de cent mille au début du 19ème siècle.

C'est la fin de l'esclavage qui participa à l'arrivée des premières familles indiennes sur le territoire rastafari, alors que cette production avait de fait fortement chuté.

 

 La distillerie changera de mains d'abord en 1863 pour le Comte de Talbot, issu d'une longue lignée de nobles d'origine anglo-normande remontant au minimum au 14ème siècle.

Celui-ci débutera l'expansion de la plantation, qui atteindra près de cinq mille hectares à la fin de la première guerre mondiale, alors nouvellement acquise par Frederick Clarke.

 

Toutefois, dès 1950, la Spirits Pool Association of Jamaïca fera cesser toute production de rum sur le site, dans le but de ralentir globalement la distillation sur l'île, afin d'éviter un rum lake.

La famille Clarke maintiendra une intense activité dans la production de sucre durant 55 longues années.

 

En 2005 c'est la reprise, Gordon Clarke modernisera WP, l'automatisation étant désormais de mise.

Il créera plusieurs références qui rapidement devinrent celles des consommateurs locaux.

Rum-Bar, un rum blanc overproof à 65%, ou encore Worthy Gold qui lui vieillira quatre ans dans d'anciens fûts de bourbon, proposé à 40% et selon mes lectures très savoureux, représentant un parfait rapport qualité prix.

Désormais les quantités produites sont plutôt gigantesques, environ 4000 litres par jour, bien que techniquement elle puisse arriver à plus de quatre fois cela, les cuves sont alimentées en mélasse via un pipeline carrément.

En somme ce sont trois millions de litres par année qui sortent de la distillerie, vendus pour partie à des assembleurs.

 

La distillerie va ainsi mêler hyper modernité et tradition, en n'oubliant pas la durabilité de son environnement, avec un convertissement de ses déchets en engrais notamment.

Seul 1/5 de la mélasse provient de la propriété, le reste étant importé, toutefois ce sont environ deux mille cultivateurs locaux qui sont associés à WP. 

 

Le rum sortira de l'alambic à environ 85%, avec un taux d'esters réel allant de 60 à 400 gr/hl.

Worthy Park Estate reste toujours sous contrôle des descendants des Clarke, ceux-ci possédant un stock de fûts estimé à environ 10.000 pièces de 200 litres.

C'est désormais une marque reconnue localement, mais également largement distribuée en Europe, en Amérique du Sud et du Nord, jusqu'en Afrique.

 

Ce WP Estate Reserve est un assemblage de rums âgés entre six et dix ans, tous distillés sur le pot-still en cuivre maison et vieillis dans les meilleurs fûts de bourbon.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article