750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Deanston Asta Morris 1997

 

  • Deanston 15Y 'Asta Morris' 1997 / 2013. Ex-Bourbon Cask n° AM031. 342 Bottles. 48,1%.

 

Nez : Ce qui est amusant d'emblée, c'est ce partage entre le côté minéral, sur de la pomme, du miel et un aspect plus vif, acidulé. Dans la texture c'est un peu la même chose, puisque se côtoient la sécheresse du bois et la touche sirupeuse de la pêche par exemple. Un peu de raisin sucré.

 

Bouche : Je retrouve ce côté minéral et fruité qui existe dans un Glenlossie par exemple, de la pomme, du coing blet. Directement derrière, tout comme au nez, du citron qui partage son acidité, mais aussi l'amertume de son zeste. Ce sont ensuite des agrumes qui apparaissent, une pointe de poivre, du miel et une texture qui se fera plus crémeuse avec le temps.

 

Finale : Très posée, elle sera à nouveau orientée sur les fruits du verger, des agrumes comme de l'orange de table, des huiles essentielles. Elle va proposer un peu de bois, s'assécher de manière soft, puisqu'une caresse miellée et vanillée termine joliment cette dégustation. 

 

Un whisky vers lequel je reviendrais avec plaisir, difficile à expliquer mais ce style, comme celui d'un Miltonduff par exemple, fonctionne admirablement sur moi.

Ajoutons à cela un prix de sortie à l'époque d'environ 50 euros, probablement un whisky que j'aurais acheté sans problème si j'en avais eu connaissance à l'époque.

Ce petit flashback en 1997 n'est qu'une grossière mise en scène, permettant d'aborder les prochaines sorties de l'embouteilleur belge Asta Morris.

 

Si vous avez lu mon best-of 2018, vous aurez pu constater que tant en rum, qu'en whisky, celui-ci s'est taillé une place de choix dans mon catalogue personnel.

En particulier l'an dernier, un jeune Caol Ila élevé durant sept ans en fût de sherry m'a littéralement laissé sur les fesses, ce même jeune Islay qui a été jugé supérieur à bien d'autres, plus vieux et plus dispendieux, par des personnalités bien plus assises dans le métier que moi.

 

En matière de rums, nous pouvons certainement encore nous attendre à une année riche en découvertes et si vous suivez un peu Bert sur les réseaux sociaux, il y a des déplacements dans certaines contrées qui ne laisseront pas penser le contraire.

 

Bref, l'année commence à peine et la bonne nouvelle est que déjà trois fûts de whiskies viennent d'arriver, sont à priori désormais en bouteilles, n'attendant plus que de rejoindre les détaillants.

Quels sont ces whiskies et leurs particularités ?

 

Tout d'abord un Ardmore âgé de 5 ans, vieillissement en fût de sherry.

Un millésime 2013 embouteillé à 56,4%, pour une distillerie encore mal connue, mais qui me parle, puisque j'adore ce style élégant et légèrement fumé.

 

Ensuite le fruit d'une expérience qui pourrait se montrer d'une efficacité diabolique, puisqu'il s'agit d'un Glenburgie, une autre distillerie qui est dans mes petits papiers secrets depuis cette édition 1983 de Signatory Vintage.

Millésime 2008, ce qui lui fait juste 10 ans, d'une puissance proche du golden strength de 52%, mais surtout un vieillissement réalisé dans un fût de rum connu sous le nom de Caroni, rien que ça.

Autant dire qu'il faut absolument que je goûte cette petite chose.

 

Enfin, un whisky que je vais acheter sur papier, car s'il s'approche ne serait ce que d'un iota de son prédécesseur, cela risque de faire encore très mal.

Il n'y en aura que 245 bouteilles et c'est un nouveau Caol Ila maturé en fût de sherry, millésime 2011, donc légèrement plus âgé que le premier, j'ai déjà des palpitations.

 

Je ne peux donc que vous souhaiter de pouvoir mettre la main sur l'une de ces bouteilles, sauf si c'est la dernière et que je suis sur le coup. ; ) 

 

Afin d'être complet avec l'actu de Asta Morris, le site internet est enfin disponible, le lien est ci dessous. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article