750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Port Charlotte 15Y Dramfool Islay Whisky Festival 2018

 

  • Port Charlotte 15Y 2001 'Dramfool 13th Release' Islay Whisky Festival 2018 Exclusive Release. Bourbon Hogshead. 195 Bottles. 58,3%.

 

Nez : Très gras et citronné, ce nez est accompagné d'une tourbe typée cendres. Il va rapidement s'ouvrir sur l'océan, avec du sel, beaucoup de fraîcheur. La cendre va tourner à la suie, en pommade antiseptique, les fruits feront lentement leur entrée. C'est aussi un genre de porridge agrémenté d'oranges, de mandarines. Des céréales encore, légèrement grillées, du caramel. Nous sommes dans un genre de salé sucré tout à fait à mon goût.

 

Bouche : Instantanément vive, puissante, généreuse. La texture est huileuse, avec des vagues de saumure, de fruits sucrés. Des agrumes d'abord délicieusement juteuses, ensuite légèrement plus amères. Nous retrouvons de cette suie épaisse, à la manière des éditions PC, c'est un réel plus à mon sens. Toujours de cette sublime pommade camphrée qui fait le bonheur des amateurs de Islay bien fumés. C'est vraiment un ensemble qui fonctionne, même si à la longue... non ça fonctionne c'est tout. L'influence du fût au second plan du liquide originel, laisse néanmoins de ces traces caramélisées, vanillées, ce qui lui confère la juste dose de gourmandise, face à ce qui ne serait qu'austérité et brutalité, oui Port Charlotte j'y reviendrai toujours.

 

Finale : Celle-ci est particulièrement mentholée, accompagnée d'un miel doux, de caramel vanillé. Cette fin de dégustation est vraiment fun de par la sensation de fraîcheur qu'elle laisse. Très longue elle se parera encore de plantes médicinales sous formes de confiseries. 

 

Alors que j'ai un peu tendance à penser que les whiskies tourbés se dégustent plus facilement l'hiver, celui-ci est l'exception qui confirme ma règle.

 

Port Charlotte est vraiment le Islay qui progresse très fort, que ce soit dans ses versions officielles, ou indépendantes.

Bien entendu il s'agit du résultat d'un long processus de remise en état de la distillerie, mais je n'ai pas de doute que la leçon a été correctement transmise par l'ancien maître distillateur et que cela devrait se maintenir dans le temps.

 

Je dirais que son seul gros défaut, c'est qu'il est sold out...

Mais comme Bruce est un amoureux de la distillerie puisqu'il possède déjà si mes comptes sont bons, huit embouteillages distillés chez Bruichladdich, dont deux Port Charlotte, j'imagine que ce ne sera pas le dernier, d'autant qu'ils reçoivent systématiquement un franc succès.

 

Il reste par contre de cette libération un Bowmore 21Y ainsi qu'un Octomore, tous deux à un prix raisonnable pour l'époque que nous vivons.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article