750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Wild Weasel Finest

 

  • Wild Weasel Finest 'Blended Whisky'. 40%.

 

Nez : Le nez est discret, orienté fruits sucrés, pâtes de fruits. 

 

Bouche : Elle conserve cette approche typée confiserie, mais ce sont des épices, du bois, une certaine sécheresse qui vont globalement composer le fond du décor. J'ai le sentiment qu'il y a également du seigle dans celui-ci. Pomme au four. Il y a une fâcheuse tendance à se déséquilibrer en chemin.

 

Finale : Des épices douces. Une légère amertume, du bois. C'est un peu juste tout de même. Il y a ici quelque chose qui me dérange, entre cette amertume qui progresse et une apparition florale excessive qui vire à l'écoeurant.

 

La brasserie-distillerie située à Wilderen Saint-Trond est installée dans l'ancienne étable d'une ferme datant de 1642.

La distillerie possédait déjà une autorisation des accises en 1890, pour produire de l'alcool de grain, un alcool porté à 95% et vendu aux producteurs de genièvre.

 

Juste avant la première guerre elle s'équipera d'une colonne de rectification, d'une nouvelle chaudière à vapeur, ayant la capacité également de produire l'électricité nécessaire à l'éclairage de la ferme.

Le moût était déjà à l'époque composé d'orge malté et la distillerie possédait sa propre malterie, ainsi qu'une brasserie, les résidus issus de la fermentation étant employés à nourrir le bétail, la logique même.

 

Bien que les vestiges du bâtiment d'origine soient encore visibles, la ferme a été totalement rénovée et remise en fonction en 2011, après avoir été mise en silence depuis 1939.

Bref une histoire totalement transposable à ce qui ce produisit parfois en Ecosse.

 

A la carte nous trouvons désormais trois bières:

  • Wilderen Goud
  • Tripel Kanunnik
  • Wilderen Kriek

 

Le processus de fermentation est particulièrement long, puisqu'il prend jusqu'à 5 jours. Le tout est contrôlé par des installations modernes en inox. 

La capacité des cuves est de 2500 litres et la brasserie en possède cinq.

 

Côté distillerie le matériel est en cuivre et le choix s'est porté sur un alambique à colonne, typé distillerie de grain.

Bien entendu tous les alcools produits le sont avec le moût de la brasserie, la recette évoluant selon le produit fini souhaité.

Une telle installation va bien entendu permettre d'obtenir un alcool très pur, pouvant atteindre les 90%.

Pour ce qui est du whisky il sera extrait à un taux de 65%, afin d'être mis en fût et de procéder à sa maturation.

Cette maturation est effectuée sur place, dans d'anciens fûts de whiskey en provenance de Jack Daniel's, mais également d'anciens fûts de bourbon de chez Buffalo Trace.

Juste pour rectifier ce qui est dit sur le site officiel, le whisky Wilderen ne sera jamais un scotch whisky et sur l’appellation single malt je suis partagé, du fait de l'utilisation d'une colonne, plutôt destinée à produire un single grain...mais bon, je n'ai pas de problème majeur avec ça.

 

Par ailleurs est également produit un genièvre, le Graan Jenever, porté à 32% et aromatisé aux épices.

Une Eau de Bière, également ramenée à 32% et obtenue à partir du moût de la Tripel Kanunnik.

Un Gin nommé Double You Gin. Les 21 herbes qui entrent dans sa composition proviennent de la région. Il s’accommode d'une eau tonique et est vendu avec des bâtons de réglisse qui serviront de mélangeurs. Il est proposé à un taux de 43,7%.

Sur place vous trouverez aussi du fromage ainsi que des pralines à l'eau de bière.

 

La production de whisky est majoritairement orientée single cask, voir cask strength.

Le Finest est composé d'orge malté made in Wilderen, mais j'ai lu que Mark Demul déclarait qu'il était mélangé avec un whisky de grain de chez Lambertus.

Le site officiel ne communique pas là dessus à priori, une information à vérifier, mais qui ne modifie pas outre mesure mon approche puisqu'il s'agit ouvertement d'un blend.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article