750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Port Ellen 1982

 

  • Port Ellen 31Y Douglas Laing 'Old Particular' 05-1982 / 22-08-2013. Refill Hogshead n° DL9964. 51,5%. 286 Bottles.

 

Nez: Très salin, maritime, je veux dire sur de l'algue, du coquillage. Il lui faudra reprendre son souffle pour offrir un lot d'agrumes, de fraîcheur, de citron, d'orange. La suite est douce sur la crème vanillée. Du bois brûlé.

 

Bouche : Fumée, mais pas de manière extrême. Salée toujours et cela va s'intensifier. De plus en plus va s'installer de la suie, un peu à la manière d'un bon vieux Springbank. D'une puissance abordable si vous êtes coutumier de ce genre de whisky. Vraiment poisseuse, elle livre tout de même quelques zestes de citron vert. Au fil de la dégustation elle se montre un peu plus sous le jour du malt sucré.

 

Finale : Nous allons poursuivre longuement sur ce rendu de conduit de cheminée, toujours ces pelures de citron vert qui apportent une très fine amertume. Pour terminer une forte présence de pommade, de camphre va s'installer définitivement. 

 

En résumé encore une pépite, quel bonheur de déguster ce genre de whisky mythique.

Je le place un peu en dessous de la version '82 de chez Malts of Scotland, mais dans ce cas c'est probablement le meilleur whisky que j'ai eu la chance de déguster jusqu'ici.

Disons que celui-ci à l'aveugle m'aurait fait pencher pour un très bon Springbank, par son côté malté sucré, mais surtout ce feu de cheminée, cette suie épaisse.

Comme quoi il faut suivre de près les productions de la distillerie de Campbeltown, surtout en brut de fût.

 

Nose: Very salty, maritime, I mean on seaweed, shellfish. He will have to catch his breath to offer a batch of citrus, freshness, lemon, orange. The suite is gentle on vanilla cream. Burnt wood.

Taste: Smoke, but not in an extreme way. Salty always and this will intensify. More and more will settle down soot, a bit like a good old Springbank. Affordable power if you are accustomed to this kind of whiskey. Really sticky, it still delivers some zest of lime. Over the course of the tasting it shows a little more under the day of sweet malt.

Finale: We will continue for a long time on this rendition of chimney chimney, always those lime peels that bring a very fine bitterness. To finish a strong presence of ointment, camphor will settle permanently.

To sum up again a nugget, what a joy to taste this kind of mythical whiskey.

I put it a bit below the '82 version of Malts of Scotland, but in this case it's probably the best whiskey I've had the chance to taste so far.

Let's say that this one blind would have made me lean for a very good Springbank, by its side malted sweet, but especially this fire chimney, this soot thick.

As a result, the production of the Campbeltown distillery must be closely monitored, especially in crude barrels.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article