750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

100ème article : Glen Garioch 23Y Berry Bros & Rudd.

C'est beaucoup et peu à la fois, mais ça se fête, car toutes les occasions sont bonnes.

 

  • Glen Garioch 23Y 1990/2014 Berry Bros & Rudd. Fût 7939 56,1%.

Nez : Crémeux, bien inspiré par les fruits rouges. Caramel auquel s'accroche un peu de vanille. Plantes macérées. Un peu de solvant, des produits d'entretien pour métaux. Dans un premier temps il y a aussi quelques vagues de tabac. L'alcool est un peu présent. L'eau va l'apaiser et éveiller un soupçon de citron.

 

Bouche : Astringence plutôt forte. Rattrapée par le côté crémeux de justesse. De la noix, de la vanille, du bois. Au fond de la bouche, se concentrent les épices poivrées. Bien enveloppant.

 

Finale : Reste astringent, avec l'amertume de la noix fraîche. Poivre et sel. Longue. Bois brûlé.

 

Pour la petite histoire, Berry Bros & Rudd est le plus vieux négociant vins et spiritueux de Grande Bretagne, établie en 1698.

Fournisseur de la cour, ils comptaient notamment comme clients Lord Byron et l'Aga Khan.

Son vin aurait été à bord du Titanic et Napoléon le troisième aurait même trouvé refuge dans les caves de la boutique.

La maison est propriétaire de Glenrothes pour laquelle elle créa le concept de millésimes. Elle fut à l'origine de Cutty Sark en 1923.

L'entreprise est restée familiale et se décompose en plusieurs gammes dédiées aux whiskies.

Les blends 'Blue Hanger', les single malt 'Berry's', 'Berrys' Own Selection', 'ong>The Chairman's Choice', 'Craoi na Móna' des single malt irlandais et l'édition spéciale' John Milroy...

Le stock se compose de plus ou moins 4000 références de vins et spiritueux.

Bon ce Glen Garioch? Et bien ni pour, ni contre, bien au contraire!

C'est très bon, plutôt surprenant. Manque peut-être ce côté gourmand comme j'aime bien.

Mais il est bien dans son kilt!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article