750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Whisky

Même pas en rêve! Port Ellen.

Initialement j'avais prévu de réaliser cette dégustation la semaine dernière pour mon anniversaire.

Mais comme j'avais la crève ça tombait plutôt mal. Je ne pouvais pas gâcher cette occasion.

N'ayant pas connu la belle époque où il était possible de trouver ces bouteilles à un prix terrestre, je n'ai pas régulièrement la possibilité de goûter celles-ci.

Heureusement j'ai dans mes amis, des anciens qui me permettent d'y accéder.

Alors voilà ça va beaucoup mieux merci de demander!

J'ai dans une petite boite quelques samples qui portent des noms qui éveillent directement la curiosité des maltophiles comme moi. Tak, l'oreille se dresse, l'oeil devient plus vif...

Je vais commencer par celle dont il m'est arrivé de rêver et oui le whisky s'incruste jusque dans mes rêves. Vous savez, vous entrez chez un petit caviste et là morbleu, mais ce sont des bouteilles de Port Ellen, à un prix dérisoire!!! Puis vous connaissez la suite, le réveil se met à sonner, le chien réclame ses croquettes, le café est dégueu... Bref.

Port Ellen, née sur l'île d'Islay en 1820 la vielle dame a été victime de ce qui fut appelé le whisky lake et vu sa production stoppée en 1983.

Bien entendu son histoire a été jalonnée de bons et de moins bons moments, de périodes de non production, de reprises et comme bien souvent une expansion suivie d'une fermeture définitive.

Enfin définitive reste à voir. La bâtisse existe toujours elle a subit les affres du temps, une pagode a rendu l'âme, mais je ne sais pas j'ai toujours l'espoir, même s'il serait presque impossible d'obtenir la même qualité qu'autrefois.

Seule activité sur le site, le maltage et ce depuis 1973. Le malt produit alimente principalement les distilleries de Islay et Tobermory sur Mull.

Pourquoi avoir fermé cette distillerie? Disons que le dernier propriétaire, Diageo possède déjà Lagavulin et Caol Ila, le reste ce sont des calculs de comptables.

Et pour compter ils comptent vachement bien, car aujourd'hui ils proposent des versions dites officielles à des prix improbables. Bon le temps fait son oeuvre, nous sommes sur des distillats qui approchent lentement les 40 ans ok, mais bon 3000 euros pour la version 35Y...

Soyons clair, c'est réservé à une clientèle qui a un gros portefeuille, qui souhaite placer son argent ailleurs qu'à la banque. Souhaitons au moins qu'il s'agisse de vrais amateurs et connaisseurs.

Je ne peux évidemment pas juger de la qualité de ces versions, j'ai oublié mon porte monnaie à la maison.

Ceci dit si vous qui me lisez avez beaucoup de sous et que vous souhaitez faire plaisir à un illustre inconnu, je suis ouvert à la discussion. Personne? Bon c'est pas grave.

Il est encore possible de trouver des versions en indépendants entre 500 et 1500 euros, mais cela devient rare et surtout je suis toujours étonné de constater à quelle vitesse elles se vendent.

Voici le Port Ellen que j'ai pu goûter:

  • Port Ellen Gordon&McPhail 'Spirit of Scotland' 1979. 40%.

 

Nez : Tourbé bien entendu. D'une grande souplesse. Gras et fruité. Légèrement mentholé. Me fait penser aux anciens, qui fumaient le clan. Pfiou ça sent bon et je n'ai pas l'impression d'avoir déjà senti ça avant. Une touche d'acide citrique un peu comme sur les sucreries. Jamais agressif, l'alcool est imperceptible. Végétal, comme un talus qui vient d'être fauché.

 

Bouche : C'est d'une délicatesse... Très gras et enveloppant. Du sel, du fruit. Tourbe et dépôt de suie. Une fumée qui lèche le palais

 

Finale : Légèrement sèche et boisée. Longueur moyenne. Fumée. A nouveau végétal.

 

Ce Port Ellen c'est comme avoir à nouveau quinze ans et échanger un sourire avec une jolie fille dans le bus, que vous ne verrez plus jamais une fois descendu. Voilà pourquoi il faut le prendre comme un bon moment, sans en attendre plus et profiter de l'instant.

Ce n'est probablement pas le meilleur Port Ellen, mais quel bonheur de partager un morceau de la belle histoire du scotch.

Ok bon, bonne continuation, je vais en profiter encore un peu, à bientôt.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article